Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

IT IT ANITA (Belgique) + LYSISTRATA (France) + MAKE-OVERS (Afrique du Sud)

Ouverture des portes : 20h00

18 mai à 21 h 00

Prévente (incluant une consommation) : 16 $
Porte : 16 $

Navigation Évènement

Pour clore la saison et embrasser l’été, le Salon Wabasso vous réservait une surprise… Une soirée avec trois formations extraordinaires provenant de trois pays différents: la Belgique, la France et l’Afrique du Sud. Rassemblés tous trois par une structure définitivement rock, nous puiserons dans un paquet de styles et d’influences très 90’s. Noise, pop, post-punk, math-rock, alt-rock, indie, foursome, threesome, twosome… Nous on appelle ça simplement de la méchante bonne musique!

Ils ont fait tout ce chemin pour nous rendre visite, il vous reste simplement un petit bout à faire pour venir à leur rencontre.

IT IT ANITA

Si les racines d’It It Anita sont ancrées dans le noise des années 90, le groupe issu de Liège (Belgique) transcende les catégories avec un son puissant et sincère. Guitares bruitistes et rythmiques oppressantes sont au programme de prestations scéniques sans concession où se mêlent tension et relâchement, où se disputent énergie brute et subtilité. Pensez à un subtile mélange entre MetzSonic YouthFugazi et Pavement.

Après un premier disque éponyme mixé par Jason Sebastian Russo (Mercury Rev) et sorti sur le label Honest House en 2014, IIAA a successivement réalisé deux opus avec John Agnello (Sonic Youth, Cymbals Eat Guitars, Kurt Vile, Dinosaur Jr, Thurston Moore) : Recorded by John agnello (2015) et Agaaiin(2016), tous deux sortis sur le label indépendant belge Luik Records. Les très nombreuses critiques positives suscitées par la sortie de ces disques ont définitivement placé le groupe comme un acteur majeur de la scène noise/rock belge. Cette réussite a attiré l’oeil de nombreux médias tels que Studio BrusselHumo22tracksOORFocus Vif, ou encore Mowno.

Par la suite, en sillonnant les routes de Belgique, d’Europe et même du Canada, le groupe a terminé d’asseoir sa solide réputation scénique : Pukkelpop (be), Dour (be), le Guess Who? (Utrecht-nl)- Eurosonic (Groningen-NL), Le Printemps de Bourges (Bourges-FR), The Great Escape (Brighton-UK), Monkey Week (Sevilla-Spain), FME (Rouyn-Canada), etc.

À la fin de l’année 2017, après un premier concert mémorable sur le continent nord américain (FME Canada), le groupe a repris la route en assurant le support du groupe irlandais And so I watch you from afar sur une bonne partie de leurs dates européennes. À la suite de cette tournée automnale, le groupe s’est redirigé en studio afin d’y boucler l’enregistrement de son prochain album prévu pour le printemps 2018.

LYSISTRATA

Aucun obstacle ne saurait s’opposer à une telle concentration d’énergie, d’enthousiasme et de créativité. Issu d’horizons musicaux radicaux, Lysistrata parvient à transcender les étiquettes post-hardcore, post-rock, math rock ou noise, avec autant de spontanéité que de savoir-faire.

Après un passage mémorable aux Transmusicales de Rennes en décembre 2016, le jeune trio de Saintes (France), a remporté le Prix Ricard S.A Live Music 2017 puis le Prix du Jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2017.

L’expérience est connue : pour prouver la nature électrique de la foudre, Benjamin Franklin se mit en tête, au mépris de sa santé, de la faire tomber sur un cerf-volant. Tout Lysistrata tient dans cette tentative de dompter une puissance élémentaire : dans sa candeur, dans son ambition, mais aussi dans la manière dont l’anecdote s’est progressivement changé en mythe.est progressivement changé en mythe.

Ce chemin de la note de bas de page au gros titre, le power trio de Saintes est en train de le parcourir à toute allure. Il vient, après une prestation remarquée aux Rencontres TransMusicales de Rennes en décembre 2016, d’être consacré par le Prix Ricard S.A. Live Music et le Prix du Jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2017.

De quoi mettre à l’épreuve sa volonté de décloisonner des musiques à dominante instrumentale qui, généralement, vivotent entre les murs humides de lieux de concerts souterrains. À savoir la noise, le post-hardcore, le math-rock et le post-rock, dont Lysistrata revisite l’abécédaire à la faveur d’un courageux changement de paradigme : chez Ben (batterie), Théo (guitare) et Max (basse), ce n’est pas tant au second degré que se conjuguent l’asymétrie, la dissonance et l’écriture loud quiet loud codifiée par Sonic Youth et consorts, mais avec une sensibilité caractéristique de leur jeune âge – laquelle s’exprime jusque dans le nom du groupe, emprunté à une comédie d’Aristophane plutôt que pioché dans un catalogue de bricolage.

Nés sous le signe du Do It Yourself (ils réalisent eux-mêmes leurs clips et pochettes), les membres de Lysistrata ont à peine la vingtaine, ce qui ne les empêche pas d’afficher une maturité digne de leurs influences. Leur EP Pale Blue Skin, les voit ainsi évoluer aux confins des cataclysmes émotionnels d’Explosions in the Sky, de la fougue déstructurée d’At the Drive-in et des rites à danser ludiques de Battles.

Leur enthousiasme fait le reste : après un hôpital désaffecté (théâtre de leur première session filmée avec Ricard S.A Live Music pour la finale de son Prix), c’est au cœur d’un hangar à Bordeaux, d’un entrepôt de stockage en région parisienne puis au Beam Studio de Montreuil, qu’ils ont recapturé en prise directe l’énergie live dont suinte ce Pale Blue Skin. Enregistré et mixé par Romain Della Valle, producteur et membre du groupe Stuck In the sound, il a été masterisé à New York par le célèbre Alan Douches, qui a travaillé avec le monument hardcore Converge comme les génies pop d’Animal Collective. Preuve, si besoin était, que Lysistrata est un groupe tout-terrain.

MAKE-OVERS

Make-Overs est un duo unique de musiciens roux et mécontents provenant de Kilnerpark, une banlieue industrielle et grise de Pretoria en Afrique du Sud. Formés en 2010 avec Martinique Pelser à la batterie et voix et Andreas Schonfeldt à la guitare et voix, ce couple a enflammé la scène sud africaine avec leur frénétique jeu de scène qui donne l’impression qu’on vous coupe la gorge avec une machette. Grâce au bouche à oreille, leur nom a rapidement été associé à des concerts torrides et une productivité folle, surtout en termes de tournées et d’albums.

Comme le suggère une critique jamais deux personnes si discrètes n’ont produit de vacarme si addictif, c’est seulement après leur montée sur scène que ce couple discret se transforme en véritable bête sonique, les Make-Overs se transforment sous vos yeux, passant de personnes d’apparence ordinaires à des musiciens bien plus radicaux et intéressants.

Offrant un mélange de rock, pop, punk, noise avec une présence scénique intense et énergétique, les Make-Overs peuvent jouer plusieurs types de concerts, salles, festivals et scènes. Leur concert à IOMMA à la Réunion au début de l’année a été très apprécié et beaucoup fait parler. Ils ont aussi fait la première partie de Thee Oh Sees à l’Empty Bottle de Chicago et ils ont aussi joué aux célèbres festivals Gonerfest à Memphis, le Hozac Blackout Fest à Chicago et Oppikoppi en Afrique du Sud, ont même fait des concerts in-store dans des magasins de musiques locaux comme le Bric-A-Brac, Permanent et Used Kids Records, des petits concerts dans des sous-sols, des expos d’art et ils ont aussi joué dans un épisode de Chic-A-Go-Go sur une chaîne locale américaine.

Souvent décrits comme le groupe le plus prolifique d’Afrique du Sud, ils ont enregistré et sorti leurs neuvième et dixième albums en 2016. Leur approche DIY fait que ces albums sortent sur plusieurs labels à la fois et en formats différents à travers le monde. Leur neuvième album Try Me est disponible en ligne sur le label DIY local KRGNY Records, en CD sur le label Réunionnais Maudit Tangue et aussi en vinyle 12″ sur le label de Columbus, Ohio Heel Turn Records. Un single 7″ doit bientôt sortir sur le label Genevois Six Tonnes De Chair Records à la fin de l’année ou début 2018. Lors de leur temps libre entre les tournées et boulots, ils sont en train de préparer leur onzième album, dont certains des morceaux ont déjà été inclus dans leur nouveau set, bien qu’ils aient l’habitude de changer leur set de manière spontanée sans respecter de setlist particulière, ce qui fait que l’on peut les voir deux soirs de suite sans pour autant entendre les mêmes morceaux joués deux fois.

Ils ont reçu, en 2017, une bourse Music Mobility de la part de Concert SA en partenariat avec SAMRO et Concerts Norway, pour faire une grande tournée dans leur pays, qui vient de se terminer et qui fut un grand succès. Après cette tournée locale, ils sont allés jouer à IOMMA et sont allés faire leur quatrième tournée aux États-Unis pour promouvoir leur album.

Grâce à leur intense productivité, ils écrivent, enregistrent et produisent leurs albums eux-mêmes, qui sortent ensuite sous plusieurs formats (CD, cassette, Mp3, vinyle). Ayant leurs tournées constantes, il n’est pas surprenant que les Make-Overs soient devenus l’un des groupes indépendants Sud-Africains les plus connus et appréciés.

Les billets sont en prévente à notre Boutique et sur lepointdevente.com

Détails

Date :
18 mai
Heure :
21 h 00
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , , , , , ,

Organisateur

Trou du diable
Téléphone :
819 556-6666
E-mail :
info@troududiable.com
Site Web :
http://troududiable.com

Lieu

Le Trou du diable – Microbrasserie, Boutique et Salon
1250, av. de la Station, Suite 300
Shawinigan, G9N 8K9 Canada
+ Google Map
Téléphone :
819-556-6666