Chargement Évènements

JÉRÔME 50 + Dan Lemay

Ouverture des portes : 20h00

1 février 2019 à 21 h 00

Prévente, incluant une consommation : 15 $
Porte : 15 $

Navigation Évènement

Vous l’avez peut-être vu dans les rues de Québec, croisé son regard et échangé un sourire. Chose certaine, il a un jour assez impressionné quelqu’un pour le «sortir de la rue» et lui offrir une session de studio afin d’offrir un support à sa chanson. Ce 1er février, ne manquez pas de le voir sur votre scène, dans le doux comfort du Salon Wabasso.

Jérôme 50

Jérôme 50 n’est pas tant un musicien qu’un auteur-compositeur de chansons. Son grandpèrelui a appris 3 accords – le sol, le ré et le mi mineur – mais il ne les a pas pratiqués, ils’est plutôt empressé d’écrire une première chanson (qui calquait «Complicated» d’Avril Lavigne, mais bon) et il n’a pas arrêté depuis. Jérôme 50 est natif de L’Ancienne-Lorette, qu’il a quittée à l’orée de l’âge des responsabilités pour aller découvrir Rimouski et le Rouyn-Noranda de Richard Desjardins – pour savoir c’était quoi les référents de la ville, les mines, les états de «…et j’ai couché dans mon char» – et il réside désormais dans Saint-Roch, à Québec. D’abord connu localement en tant que Jérôme Charette-Pépin (concernant son changement d’alias, il commente sagement: «Je me fie pas au nom pour savoir si le beurre de pinotte est crunchy ou crémeux: je regarde ce qu’il y a en-dedans»), il a fait ses premières armes dès 17 ans en tant que musicien de rue dans le Vieux-Québec de la saison touristique, partageant entre autres des jams impromptus puis éventuellement un duo avec Hubert Chiasson, dit Lenoir.

En 2013, alors qu’il ne savait ni ce qu’était un EP ni un réalisateur, il a autoproduit un mini-album, qui lui a notamment permis d’accéder aux Francouvertes en 2014, puis au Festival en chanson de Petite-Vallée la même année, au Festival de la chanson de Tadoussac la suivante puis au Cabaret Festif! de la relève en 2016. Mais ça, c’est comme le reste: il fait des chansons, pas des concours. Est-ce qu’il vous a parlé de l’allégorie du beurre de pinotte? Dans les autres affaires pas pires à savoir, il y a que Jérôme a un intérêt senti pour le parler d’ici (qu’il a attisé en étudiant les sciences du langage à l’Université Laval – il aime à dire qu’il aime la locution «aimer à»), qu’il affectionne autant Angus & Julia Stone et Gros Mené que Rihanna, et que son réflexe photo-sternutatoire affecte entre autres son écriture: «Le soleil me fait souvent atchoumer, et étrangement, plusieurs de mes chansons parlent de cette bizarre ‘’chose’’ qu’est la lumière».

Puis maintenant c’est maintenant et Jérôme écrit des chansons encore tout le temps – quelques-unes sont en train d’être enregistrées, même, avec ses amis Simon Kearney, Nathan Vanheuverzwijn (Émile Bilodeau), Simon Lachance et Martin Plante (tous deux de Raton Lover) et les bons soins de Philippe Brault à la réalisation. Des chansons malbuzzantes et pas achalées, faites de poésie d’observation et de lumière, aux groove et au ton à la fois décomplexés, candides et frondeurs, qui se retrouveront sur un premier album qui paraîtra à l’automne 2018.

DAN LEMAY

C’est avec un son juste, une grande assurance sur scène, une écriture musicale étoffée que Dan Lemay nous offre son deuxième album « Tuning camping », des pièces aux accents folk, rock, teinté de mélodies accrocheuses, un vocal rythmé et de la poésie dans les idées.

Cet album est une production itinérante étalée sur deux ans dans les différents studios de la région (Newton, l’Hermite, Blue Buzz) qui a donné naissance à 12 compositions originales tels que Sol, une chanson dédiée à son fils, La valse, une pièce instrumentale et C’est pas de ma faute, un succès en région déjà.

Se démarquant par son énergie communicative selon Le Nouvelliste, Dan Lemay livre des textes simples et imagés. Le rythme des guitares acoustiques et électriques, de l’accordéon et de la mandoline s’entremêlent dans un univers sonore cohérent mixé par Sébastien Cloutier. « … on parle d’une prestation dénuée de prétention, dans une communication intime et directe avec les spectateurs », François Houde, Le Nouvelliste.

Si « Tuning camping » rappelle au jeune auteur-compositeur-interprète les soirées autour du feu où la guitare se désaccorde et où la beauté et la simplicité des petites choses de la vie reprennent tout son sens, ses chansons poursuivent la même vision : profiter de chaque moment, aller à l’essentiel et forger la réalité à son image, peu importe le courant.

 

Détails

Date :
1 février 2019
Heure :
21 h 00
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, ,

Organisateur

Trou du diable
Téléphone :
819 556-6666
E-mail :
info@troududiable.com
Site Web :
http://troududiable.com

Lieu

Le Trou du diable – Microbrasserie, Boutique et Salon
1250, av. de la Station, Suite 300
Shawinigan, G9N 8K9 Canada
+ Google Map
Téléphone :
819-556-6666