29 February 2016

Dans beaucoup d’entreprises, on souligne les années de services par une bague, une montre, un membership de golf ou un stationnement plus près de l’entrée du lieu de travail. Au Trou du diable, nous offrons la gloire et l’immortalité! En effet, après 10 ans de service, nous donnons l’opportunité de créer, nommer et brasser une bière. Celle de Steven étant la première, je trouvais opportun d’élaborer un peu sur le concept et encore plus sur la personne qu’est Esteban alias Steven Kirouac.

Avant même de s’intéresser à la personne, voyons ce que la science a à dire sur le sujet. Le guide des prénoms décrit la personne de la façon suivante: «Grâce à son optimisme à toute épreuve, Esteban est une vraie bouffée d’énergie ! Très sociable, il n’a aucun mal à aller vers les autres et à communiquer. Ce créatif est également un doux rêveur, qui a besoin de quelques moments de solitude pour s’évader, imaginer et s’inspirer.» Maintenant que l’avis de la Science est donné, regardons quelques faits historiques sur cette personne qui semble dotée d’une longévité exceptionnelle.

Mes bases d’histoire de secondaire 4 m’ont permis de faire une recherche approfondie dans les archives de l’humanité et son recueil de connaissances universelles. Voici donc l’histoire de Steven Kirouac, tel que vous pourrez la raconter à vos petits enfants autour d’un feu de camp, d’un feu de foyer ou lors de leur visite dans le foyer que vous habitez.

 

Esteban l'archerEsteban le combattant

En l’an 834

En cherchant résolument dans les recueils, on peut trouver des traces de Steven (appelé alors Esteban) servant comme légionnaire dans l’Empire romain. Ses hauts faits d’armes lui donnent l’honneur d’intégrer la garde rapprochée de Jules César, un rêve qu’il caresse depuis son enfance.

Au lendemain d’une chaude soirée dans une taverne mal famée de Rome, une envie brûlante de visiter les latrines lui prend. Brutus profite alors de ce relâchement de garde et de vessie pour accomplir sa sale besogne… Esteban s’exile ensuite dans la honte et part vivre dans la forêt. Les troupes romaines, inconsolables, perdent toute envie de se battre et pleurent la disparition de leur héros. Peu de temps après, les barbares saisissent l’occasion et envahissent la région, provocant ainsi la chute de l’Empire romain.

Bien qu’exilé, Esteban ne chôme pas! Il devient le défenseur de la forêt et de ses habitants, protégeant des rongeurs et des créatures imaginaires en compagnie de parias de l’Empire. On retrouve une foule de hauts faits d’armes, mais après vérification, il semblerait qu’ils aient tous été écrits par des membres de sa secte forestière épris par son charisme, ou par lui-même.

Esteban restera actif dans les Terres de l’Oubli pendant plusieurs centaines d’années jusqu’à ce qu’il disparaisse sans mot dire un beau matin du 16e siècle.

 

 

 

En l’an 1502

Esteban le PirateLe regard d'acier d'Esteban

En histoire, on appelle cette époque l’ère amérisudienne d’Esteban ou plus simplement, «dans le temps que Steven se rasait la barbe». Un beau matin, il se réveille sur sa paillasse, las de cette vie sylvestre et décide de partir pour le Nouveau-Monde… C’est là-bas qu’il y rencontre les Espagnols Mendoza, Chavez, Zia et Tao avec qui il bourlingue plusieurs années en Amérique du Sud. Il participe alors à plusieurs événements difficiles à relater où recherche d’or, sacrifices humains et culture extra-terrestre se mélangent… Un promoteur sans scrupule mettra d’ailleurs la main sur son journal personnel plusieurs siècles plus tard et fera une adaptation libre de cette épopée en dessin animé. Sans le savoir, Esteban mettra en place un enchaînement de faits historiques qui mèneront à la conquête sanglante des Espagnols sur ce continent.

Pris de remords, il s’exile sur la mer et s’adonne à plusieurs centaines d’années de piraterie dans les Caraïbes. Plusieurs milliers de pillages, saccages, naufrages et bouteilles de rhum plus tard, il se dirige vers des contrées qu’il croit plus paisibles pour une retraite bien méritée: l’Allemagne de 1938. Nous verrons plus tard qu’il retournera cependant les contrées paradisiaques au début des années 2000 pour oeuvrer dans le domaine du divertissement, toujours en habits de pirates.

 

 

                                                                                           En l’an 1939Esteban, photographe de l'armée allemande

Las de toutes ces guerres, Esteban se dirige en contrée bavaroise. Cependant, toutes ces années de violences l’accablent et des images de combats viennent le hanter nuit après nuit. À bout de force, il se résout à aller consulter un éminent médecin de la région, spécialisé dans l’insémination de chèvres alpines. Celui-ci lui recommande un /remède ancestral Esteban en Allemagnequi consiste à boire 5 mass (bock d’un litre) par repas. Il guérit rapidement et vit des moments idylliques, rêvassant dans les Alpes, avec les chèvres. Cette période de pur bonheur sera cependant de courte durée… Deux jours plus tard, il est conscrit dans l’armée en compagnie des fermiers et agriculteurs locaux. Se refusant à tout acte de violence supplémentaire, il décide plutôt d’en devenir le témoin en occupant le poste de photographe de guerre officiel de l’Armée Bavarique du Sud-Sud-Est. Comme son contingent ne rencontre aucune unité ennemie durant toute la Deuxième Guerre mondiale, il ne prendra qu’une seule photo dans le cadre de ses fonctions (ici à droite). Une certaine polémique court toujours dans le AMPG (Association mondiale des photographes de guerre) sur la légitimité de l’appropriation des droits de cette photo pour des raisons évidentes.

Son séjour dans l’armée lui fait réaliser à quel point sa médication est encombrante et il se tourne vers une alternative proposée par un obscur botaniste local arborant un sac-banane de cuir. Cette découverte le pousse à vouloir en connaître plus sur le domaine et c’est assoiffé de connaissances qu’il foule pour la première fois le continent nord-américain.

 

 

En l’an 1960

Steven en compagnie de Roch, des Assuranses Roch et SnakeC’est en Amérique qu’enfin Esteban se laisse aller et vit ses années folles. On le voit danser dans les discothèques les plus en Steven en 1972 vogue et fréquenter des personnes aussi célèbres que mal famées. Cette nouvelle vie l’amène à changer son nom et devenir simplement Steven, un nom commun qui inspire joie et confiance tout en rappelant qu’il n’y a qu’une lettre qui sépare ce sobriquet et lSteven, lors d'une chaude soiréee nombre de péchés capitaux en anglais. Certains problèmes de «dossiers en souffrances» avec l’impôt pourraient également avoir penché dans la balance de ce changement d’identité.

Éventuellement, des années de danses frénétiques et de rencontres fortuites le forceront à prendre une retraite anticipée… En effet, bien qu’étant constituées remarquablement, ses hanches s’égrainent et ne peuvent plus subir d’aussi intenses et fréquentes activités. Ne pouvant se résoudre à tout arrêter, il décide de stopper au moins la danse et s’exile de nouveau sous le soleil des tropiques où il travaillera de nombreuses années dans le domaine du divertissement, tel que relaté précédemment dans ce passionnant article.

En l’an 2006

janvierfevrier2008 125Steven / Esteban a su développer au courant de sa longue existence de nombreux contacts, l’amenant à enfin gagner sa vie honnêtement par des stratégies d’investissements appelées dans le jargon du milieu «délit d’initié». C’est un de ces initiés qui lui suggère de venir s’établir à Shawinigan afin d’investir dans une petite brasserie artisanale, fondée par 5 blancs-becs, dont l’avenir semble des plus prometteurs. Malheureusement, une erreur de transfert de bagage à l’aéroport de Dorval le prive des économies de toute une vie composée de sesterces, pièces de huit, reichsmark et de quelques US dollars fripés. Les 5 comparses, émues par son incroyable histoire, reconnaissent la valeur de l’expérience de cette personne et lui offrent non pas d’investir, mais de S’INVESTIR dans l’entreprise. Il le fit pour les 10 années suivantes et demeure à ce jour le plus vieil employé en fonction du Trou du diable. Avec son oeil bleu acier qui en a vu d’autres, sa sagesse, son écoute, sa franchise et son dévouement, on compte bien le garder encore un peu puisqu’on a déjà mis au calendrier la bière que l’on fera avec lui en 2026.

Vous retrouverez Steven, toujours fidèle au poste les dimanches et la plupart des lundis, en compagnie de sa poignée d’habitués, bien installés autour de son bar. Vous avez épuisé les sujets de conversation avec lui? Parlez-lui des incroyables aventures de son passé; vous avez maintenant des tonnes de munitions!

 

Pour en savoir plus sur la bière brassée, cliquez ici!